Cyberpoète

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, mai 24 2015

Andre Breton - l'union libre


Ma femme à la chevelure de feu de bois

Aux pensées d'éclairs de chaleur

A la taille de sablier

Ma femme à la taille de loutre entre les dents du tigre

Ma femme à la bouche de cocarde et de bouquet d'étoiles de

dernière grandeur
Aux dents d'empreintes de souris blanche sur la terre blanche
A la langue d'ambre et de verre frottés
Ma femme à la langue d'hostie poignardée
A la langue de poupée qui ouvre et ferme les yeux
A la langue de pierre incroyable
Ma femme aux cils de bâtons d'écriture d'enfant
Aux sourcils de bord de nid d'hirondelle
Ma femme aux tempes d'ardoise de toit de serre
Et de buée aux vitres
Ma femme aux épaules de
Champagne
Et de fontaine à têtes de dauphins sous la glace
Ma femme aux poignets d'allumettes
Ma femme aux doigts de hasard et d'as de cœur
Aux doigts de foin coupé
Ma femme aux aisselles de martre et de fênes
De nuit de la
Saint-Jean
De troène et de nid de scalares
Aux bras d'écume de mer et d'écluse
Et de mélange du blé et du moulin
Ma femme aux jambes de fusée
Aux mouvements d'horlogerie et de désespoir
Ma femme aux mollets de moelle de sureau

Ma femme aux pieds d'initiales

Aux pieds de trousseaux de clefs aux pieds de calfats qui

boivent
Ma femme au cou d'orge imperlé
Ma femme à la gorge de
Val d'or
De rendez-vous dans le lit même du torrent
Aux seins de nuit

Ma femme aux seins de taupinière marine
Ma femme aux seins de creuset du rubis
Aux seins de spectre de la rose sous la rosée
Ma femme au ventre de dépliement d'éventail des jours
Au ventre de griffe géante
Ma femme au dos d'oiseau qui fuit vertical
Au dos de vif-argent
Au dos de lumière

A la nuque de pierre roulée et de craie mouillée
Et de chute d'un verre dans lequel on vient de boire
Ma femme aux hanches de nacelle
Aux hanches de lustre et de pennes de flèche
Et de tiges de plumes de paon blanc
De balance insensible
Ma femme aux fesses de grès et d'amiante
Ma femme aux fesses de dos de cygne
Ma femme aux fesses de printemps
Au sexe de glaïeul

Ma femme au sexe de placer et d'ornithorynque
Ma femme au sexe d'algue et de bonbons anciens
Ma femme au sexe de miroir
Ma femme aux yeux pleins de larmes
Aux yeux de panoplie violette et d'aiguille aimantée
Ma femme aux yeux de savane
Ma femme aux yeux d'eau pour boire en prison
Ma femme aux yeux de bois toujours sous la hache
Aux yeux de niveau d'eau de niveau d'air de terre

samedi, mai 16 2015

Gaston COUTÉ - Le pauvre gars

gaston-coute.jpg

Il était une fois un gars si laid, si laid
Et si bête ! qu’aucune fille ne voulait
Lui faire seulement l’aumône d’un sourire ;
Or, d’avoir trop longtemps souffert l’affreux martyre
De ne pas être aimé lorsque chante l’amour,
Le pauvre gars s’en vint à mourir un beau jour…
On l’emmena dormir au fond du cimetière,
Mais, son âme, un Avril, s’échappa de la terre
Et devint une fleur sur sa tombe, une fleur
Qu’une fille cueillit et mit près de son coeur.

lundi, avril 20 2015

Marceline Desbordes-Valmore - Les Séparés

AVT_Marceline-Desbordes-Valmore_3868.jpeg
N’écris pas. Je suis triste, et je voudrais m’éteindre.
Les beaux étés sans toi, c’est la nuit sans flambeau.
J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre,
Et frapper à mon cœur, c’est frapper au tombeau.
                N’écris pas !

N’écris pas. N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu’à Dieu… qu’à toi, si je t’aimais !
Au fond de ton absence écouter que tu m’aimes,
C’est entendre le ciel sans y monter jamais.
                N’écris pas !

N’écris pas. Je te crains ; j’ai peur de ma mémoire :
Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent.
Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire.
Une chère écriture est un portrait vivant.
                N’écris pas !

N’écris pas ces doux mots que je n’ose plus lire :
Il semble que ta voix les répand sur mon cœur ;
Que je les vois brûler à travers ton sourire ;
Il semble qu’un baiser les empreint sur mon cœur.
                N’écris pas !

jeudi, avril 16 2015

Charles d’Orléans - RONDEAU LXIII.

114885.jpg

Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye,
Et s’est vestu de brouderie,
De soleil luyant, cler et beau.
Il n’y a beste, ne oyseau,
Qu’en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye.
Rivière, fontaine et ruisseau
Portent, en livrée jolie,
Gouttes d’argent d’orfavrerie,
Chascun s’abille de nouveau :
Le temps a laissié son manteau.

dimanche, avril 12 2015

Mile Davidovic

Dans la série des peintres naïfs à découvrir, cet artiste d'ex-Yougoslavie.



Mile Davidovic est né en Croatie en 1958, il y a découvert très jeune son amour et sa passion pour la peinture.

A visiter son site officiel

Il est grandement influencé par l'école Hlebine (Croatie) et des artistes tel que Kovacic, Lackovic et Generalic. Depuis quelques années, il vit et travaille à Belgrade et Athène.



ÉCOLE DE HLEBINE. Cette école de peintres naïfs a été fondée dans le nord-est de la Croatie, à Hlebine, par Ivan Generalic, Franjo Mraz et Mirko Virius, peintres paysans qui, contrairement aux naïfs d'Europe occidentale, œuvrèrent côte à côte et non en solitaires.
S'attachant à évoquer de façon idyllique les paysages et les activités de leur région, ils utilisèrent la couleur sans souci de réalisme, ainsi que des motifs décoratifs originaux. On compte parmi ses représentants les plus célèbres, Dragan Gazi, Ivan Generalic, Mijo Kovacic, Ivan Lackovic et Ivan Vecenaj, qui se firent connaître surtout après 1945.
Plusieurs de leurs oeuvres sont exposées en France, notamment au Musée international d'Art naïf Anatole Jakovsky à Nice, au Palais de l'art naïf de Bages (Pyrénées orientales), au Musée International d'Art Naïf de Vicq ou encore au Musée du Vieux Château de Laval.














dimanche, mars 15 2015

les jeunes loups

images.jpeg

Ils sont jeunes et beau

ils sont jeunes et sots

ils sont

ou plutôt ne sont pas

il sont jeunes et beau

mais au fond

ils ne sont

rien

Alors

ils deviennent autoritaires

ils tapent du poing

pour oublier

qu'ils ne sont

rien

mardi, février 24 2015

Antonin Artaud - Le navire mystique

96g04/huch/2942/09

Il se sera perdu le navire archaïque
Aux mers où baigneront mes rêves éperdus ;
Et ses immenses mâts se seront confondus
Dans les brouillards d’un ciel de bible et de cantiques.

Un air jouera, mais non d’antique bucolique,
Mystérieusement parmi les arbres nus ;
Et le navire saint n’aura jamais vendu
La très rare denrée aux pays exotiques.

Il ne sait pas les feux des havres de la terre.
Il ne connaît que Dieu, et sans fin, solitaire
Il sépare les flots glorieux de l’infini.

Le bout de son beaupré plonge dans le mystère.
Aux pointes de ses mâts tremble toutes les nuits
L’argent mystique et pur de l’étoile polaire.

samedi, février 21 2015

@Livres - nouveautés de la semaine

Cette semaine sur @livres :

- page 1 de 162

La complainte de Mi

51ciOVSBOjL._AA324_PIkin4_BottomRight_-60_22_AA346_SH20_OU08_.jpg

Sur l’île d'Océalys est organisé tout les ans un grand concours de troubadours. Le meilleurs d'entre eux se verra offrir la protection du roi Arl pendant une année.

Peyre, un noble issu de l’île des vertes vallées, rêve de participer au concours, ce qui n'est pas du tout du goût de son père, Pelras, le chef de la ligue des mercenaires, une confrérie de nobles défendant un retour aux valeurs guerrières anciennes.
Le jeune homme décide de fuir le destin tout tracé par son père avec son amie d'enfance Zinèle.

Pendant ce temps, se trame sur Océalys des événements étranges ;
une secte religieuse annonce la venue d'un Élu qui va changer le monde,
un mouvement de révolte parmi des peuples anciens du royaume apparaît autour d'un archer qui sème la terreur,
le propre frère du roi : Jam l'insurgé, complote pour prendre le pouvoir.


a acheter ici