Il s'agit bien d'un texte du roi François 1er. 

Ce grand roi de la renaissance française, lettré et amateur des arts, subventionna de nombreux poètes de son temps, Marot et Ronsard étant les plus connu. et Il composa lui même des vers qui bien que n'étant pas de facture égale a celle des ses protégés, n'en sont pas moins intéressants.

En voici un exemple :

francois_1er.jpgPlus j'ai de bien, plus ma douleur augmente ;
Plus j'ai d'honneur et moins je me contente ;
Car un reçu m'en fait cent désirer.
Quand riens je n'ai, de riens ne me lamente,
Mais ayant tout, la crainte me tourmente,
Ou de le perdre ou bien de l'empirer.
Las ! je dois bien mon malheur soupirer,
Vu que d'avoir un bien je meurs d'envie,
Qui est ma mort, et je l'estime vie.

On le voit le roi semble avoir été un éternel insatisfait, peut-être est ce le secret de son règne lumineux ?