heineportrait1831.jpg

Dans leurs yeux sombres pas une larme.
Assis au métier ils serrent les dents.
Allemagne, nous tissons ton linceul,
Nous mêlons à la trame la triple malédiction
Nous tissons, nous tissons!

Maudite soit l' Idole que nous avons priée
Dans le froid de l'hiver, dans le froid et la faim.
Attente et espoir. Attente en vain. Espoir en vain.
Elle nous a trahis, trompés, bernés.
Nous tissons, nous tissons!

Maudit soit le Roi, le Roi des riches,
Que notre misère ne put émouvoir.
Dans notre poche il prit le dernier denier.
Puis nous fit fusiller comme des chiens.
Nous tissons, nous tissons!

Maudite soit la fausse patrie
Où ne poussent qu'opprobre et que honte.
Où chaque fleur se fane avant de s'ouvrir.
Où la pourriture nourrit les vers.
Nous tissons, nous tissons!

La navette vole. Le métier craque.
Nous tissons le jour. Nous tissons la nuit.
Allemagne nous tissons ton linceul.
Nous mêlons à la trame la triple malédiction.
Nous tissons, nous tissons!

Henrich Heine(1797-1856)