Jean-Antoine de Baïf est un poète né en 1532 et mort en 1589. Ce fut un ami de Ronsard et l'un des membres actifs de la pleiade, ce groupe de poète français du XVIe siècle, dont les membres les plus connus sont Ronsard, précédemment cité, et Du Bellay. 

Grand érudit et défenseur de la culture gréco-latine, il fut un des artisans de la Renaissance, certes pas aussi connu et populaire que ces deux compagnons, mais ayant eu un rôle important dans la défense de la versification calquée sur la poésie de l'antiquité.



La mère et l'enfant

Puisque les propos véritables
Ne sont ouïs, contons des fables : 
Possible on les écoutera. 
Esopet les fit par l'oracle, 
Pour en riant faire miracle 
En l'esprit qui les goûtera.

Un loup ayant fait une quête 
De toutes parts, enfin s'arrête 
A l'huis d'une cabane aux champs, 
Au cri d'un enfant que sa mère 
Menaçait pour le faire taire 
De jeter aux loups ravissants.

Le loup qui l'ouït en eut joie,
Espérant d'y trouver sa proie, 
Et tout le jour il attendit 
Que la mère son enfant jette; 
Mais le soir venu, comme il guette,
Un autre langage entendit :

C'est la mère qui d'amour tendre 
Entre ses bras alla le prendre, 
Le baisant amoureusement;
Avecque lui la paix va faire, 
Et le dorlottant pour l'attraire 
Lui parle ainsi flatteusement :

Nenny, nenny, non, non, ne pleure; 
Si le loup vient, il faut qu'il meure;
Nous tuerons le loup s'il y vient. 
Quand ce propos il ouït dire, 
Le loup grommelant se retire
Céans l'on dit l'un, l'autre on tient.


Jean-Antoine de Baïf est aussi l'auteur de pensées, maximes, et proverbes assez croustillantes, comme celle-ci :


À bien patienter consiste la victoire.

Chacun se vante d'avoir raison

De grand amour vient grande douleur

Qui peint sa face songe à son cul.

Femme rit quand elle peut, et pleure quand elle veut

...qui n'a point l'âme abattue
qui de bien faire s’évertue
qui sait l'honneur et le vrai bien
qui goûte les plaisirs louables
qui a des désirs honorables
souffre trop de ne pouvoir rien...