Montéhus est un chansonnier français né et mort à Paris (1872 - 1952).
Il se fait connaître pour son engagement contre la guerre et le capitalisme, jusqu’à la grande guerre. En effet, pendant la guerre de 14-18, il change de cap, comme beaucoup d'autres, et se fait chanteur cocardier défendant l'union sacré allant jusqu’à interpréter des chant militaires.
Certains ne lui pardonnerons pas cet épisode passager, et il aura un longue traversée du désert, jusqu'au front populaire.

C'est pendant cette période qu'il écrit "la butte rouge" son chef d'oeuvre qui sera chanter par Montand et Renaud.
En 1936, il adhère au SFIO, et reviens sur le devant de la scène engagé en soutenant Léon Blum.
Pendant la guerre, il est contraint a porté l'étoile jaune, mais réussi a échapper a la déportation.
Après la guerre, il reçoit la légion d'honneur, mais finit sa vie oublié de tous et dans la misère.

Montéhus fut un chanteur engagé qui défendis la cause des femmes, "La grève des mères" fut interdite par décision de justice en 1905 et le chansonnier fut condamné pour « incitation à l'avortement ».




466px-Montehus.jpgLa Grève des Mères


Puisque le c feu et la mitraille,
Puisque les fusils les canons,
Font dans le monde des entailles
Couvrant de morts les plaines et les vallons,
Puisque les hommes sont des sauvages
Qui renient le dieu fraternité,
Femmes debout ! femmes à l’ouvrage !
Il faut sauver l’humanité.


Refuse de peupler la terre !
Arrête la fécondité !
Déclare la grève des mères !
Aux bourreaux crie ta volonté !
Défends ta chair, défends ton sang !
À bas la guerre et les tyrans !


Pour faire de ton fils un homme,
Tu as peiné pendant vingt ans,
Tandis que la gueuse en assomme
En vingt secondes des régiments.
L’enfant qui fut ton espérance,
L’être qui fut nourri en ton sein,
Meurt dans d’horribles souffrances,
Te laissant vieille, souvent sans pain


Est-ce que le ciel a des frontières ?
Ne couvre-t-il pas le monde entier ?
Pourquoi sur terre des barrières ?
Pourquoi d’éternels crucifiés ?
Le meurtre n’est pas une victoire !
Qui sème la mort est un maudit !
Nous ne voulons plus, pour votre gloire
Donner la chair de nos petits.