Ah! Prévert, on ne dira jamais assez combien sa poésie est belle, ses images poétiques par exellence
C'est l'icone de la poésie de la première moitié du XXe siècle.
Ses textes sont a la fois plein de joie de vivre et mélancolique, toujours a double sens.
En cette époque où tous se croit obligé de développer sa pensée en des discours a n'en plus finir, Prévert manie l'image a merveille, exprimant plus en quelques vers que bien des livres....
C'est le poète a redécouvrir, je vous invite a oublier les mauvais ou les bon souvenirs de poésie scolaire pour entrer de plein pied dans son oeuvre, vous ne serez pas déçu.



Pour Toi Mon Amour

Je suis allé au marché aux oiseaux
       Et j'ai acheté des oiseaux
                  Pour toi
                mon amour
Je suis allé au marché aux fleurs
       Et j'ai acheté des fleurs
                  Pour toi
                mon amour
Je suis allé au marché à la ferraille
       Et j'ai acheté des chaînes
            De lourdes chaînes
                  Pour toi
                mon amour
Et puis je suis allé au marché aux esclaves
                  Et je t'ai cherchée
           Mais je ne t'ai pas trouvée
                mon amour.




CHANSON DE LA SEINE



La Seine a de la chance
Elle n'a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement, sans bruit, sans sortir de son lit
Et sans se faire de mousse
Elle s'en va vers la mer
En passant par Paris.
La Seine a de la chance
Elle n'a pas de souci
Et quand elle se promène
Tout au long de ses quais
Avec sa belle robe verte
et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse, immobile et sévère
De haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s'en balance
Elle n'a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s'en va vers le Havre, et s'en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères



Les Enfants Qui s'Aiment



Les enfants qui s'aiment s'embrassent debout
Contre les portes de la nuit
Et les passants qui passent les désignent du doigt
Mais les enfants qui s'aiment
Ne sont là pour personne
Et c'est seulement leur ombre
Qui tremble dans la nuit
Excitant la rage des passants
Leur rage, leur mépris, leurs rires et leur envie
Les enfants qui s'aiment ne sont là pour personne
Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit
Bien plus haut que le jour
Dans l'éblouissante clarté de leur premier amour