Chrysalide de Feu

CATELIN Michel

Mathématiques enflammées





Parfois, j'entends le cri des pelles que l'on enfonce dans le sol de tes lèvres enduites de goudron rouge...

Je suis le Fou des lacs de lumières
oeuf intégré dans ton océans céleste
j'organise des partouzes magnétiques
des orgies de vibrations

Toi, tu me regardes, enfant de la caverne cherchant à comprendre mes errances internes

Amant du vide, j'aime inventer des êtres télescopes de l'envie

Il me faut prendre un nouveau départ ver l'infini, plonger dans l'océan pour rejoindre enfin la
lumière



Haut de la page



Organise

papier crampon phases molles
peau de parchemin de vie


ERASE ALL / DO NOTHING / COMPUTER ON DATA / POWER
WAIT
ESCAPE LINE One / SILENT / GOTO END / RETURN TO DEAD

élement x o gamma mégalomane désarticulé tu attends la séparation de l'axiome y
sexe opposé étiré sur parabole d'orgasme matriciels
courbe érotique



(nudité, divinité) + soi = ?

dévellopement krypton z oméga allume cigarette d'horoscope nicotine psychédélique progressive uranium plutonium
OXYGENE
tombe

origine tricephallique : (radio activité entropique, code adn survie, reproduction inhérente à l'équation de base)

(Homme + dieu) puissance 3 = vide existentiel

CIEL ELOIGNE / PORTE CRYPTEE / CORDAGE / SANGUINE

determine moiteur moteur & sueurs gyrophares de cadavres

cokpit coke pitre & auréoles aux enchères
étoiles étiolent decolorent la fleur galatée hypnotique colombe refrige gredin cythare city citée tarée sur grill express universel
intergalactique

sommeil

brou ha ha

rouge cobol de naphtaline

le chat le chat survivant de la queue du lampio, avance surement vers une nappe de doubles ouvertures sur l'infini

OK OK / LA MOITEUR AH MERE O MERE / AMERS ILLIADES ULTRA VIOLETTES

le rat le rat casse le chant du pipeau de chamoi racasse fixe l'écharde au patère soutenant la gorge du manteau divin
Dieu l'unique l'Un seul
linceuil se rince l'oeil
ad libido aesternum
homme homme hum hum

OK OK / LA LENTEUR / AH TERRE ETERNELLE ATERRE L'ELECTRICITE

ok ok la balle est dans ton camps residu moléculaire pensant

DREAM / PLAY / BACK OUT / STOP STOP
END

ah si seulement assis je regardais la vague vague qui divague à l'âme
ah j'arracherais les langues mortes de toutes les mains du mondes

FOOL COMPUTER / HELP

paaaaarfoooois la to torrrrrtue tue
déépasse de peuuuu la llllllii corne
d'uuun pied

OK OK / LA MORT / FEINT / LA FAIM DU RIEN
fin.



Haut de la page




Mort
Mort aux milles champignons
Mort chant pin-up
Mort pleurs de rossignols
Mort Mort serpent de satin

Mort accord du discour
Mort rires de jackpot
Mort racines de building
Mort Mort racine de coutelas

Mort cheval fou de chars
Mort écran publicitaire
Mort poison automobile
Vite vite toujours plus vite vers la
Mort
Mort Mort absence de rèves
Mort
j'attend.



Haut de la page



une nuit
une nuit de fleurs
pulsions
sur le corps sinus
de nos envies cosinus
pulsions
tangentes du rève


TOUJOURS

moine chimpanzés reliquaires compterons
l'indiscernable couche de seins artificiels

J'ATTENDRAIS

un logo sur l'orgie sacrée
que les nones déflorent d'excréments
aidées par d'acres ménhirs

LE CRI

qu'émettent gens pastiches & masques
comprenant les regards flasques
d'un champs de mine à recul

DE TES ENTRAILLES

jaillissent actualités & publicités
angéliques effluves d'outre sens
baignoires dynastique des guépards
qui te mangeront

CORTICALES

chaude terres / hécatombes tombes
virages d'agonies / puanteurs peurs
images polarisées / fanatismes prismes
horreurs





tel est cet intermède
o bel ami
union du vide
o belles amies
éternités

coutelas
sabres et crocs
je sens dans le mouvement de nos corps emmélés
le flot de futures ironies de massacres

les murs de verre sur lesquels tu t'extasies
secrètent les harpons de nos envies

tu massacres l'hyène papillon du rire

cordes d'envies
corps en vie
la déesse carrés des sommeils laches
sombre à l'ombre de nos pulsions entropiques

empreintes de désirs accrochées aux soupirs
d'une longue agonie de cristal

look, all this word cry in the dust
dead walk in the smell of the night




Haut de la page



Il avait un nez de rivière
et ses sourcils soutenait tout un monde de menhirs
groupés en silice de fleurs érogènes
poche de vent
langues de diaments
oeil
Les regards scrutent sans comprendre
périscopes esprit
impuissant face à l'immensité

il dessinait des nuages
et sa main vagabondait
entre deux seins de rire

il était empli de promesses
d'une pirouette
il disparu a jamais
A JAMAIS.



Haut de la page



personnalité diament - surprend - enfants
psychismes carrés - facettes cassés - effarés
vitesse - conscience - stress - fesses

Tendre l'arc du désir
au hazard d'un soupir
lové dans la forme
la couleur respire
un sourire informe

Vous riez de la faiblesse de nos corps nus
nous mangerons la fibre de vos décors

mouvement
avant arrière / chute envol / va & vient
voiles / citron amer / liquide
fermente en toi
après
le bruit / la fureur
silences / plaisirs / peurs
nuit coupable menotte
lié l'un à l'autre / ensemble
aurore boréales / corps en feu / terre de brume
mouvement

senteurs cassées
chutes d'organes
masques - nouveaux solitaires
disloqués

désengranger les fleurs du passé
en extraire la graine
la sève d'un sang aimé

semer poussières aux vents
trops de chaines
trops de haines

Nous emmagasinerons les graines de la discorde
coincées entre deux flux d'inflation
banquises de nos peurs
même le phoque fuit le pétrole
de vos ames

polisson divin qui chante le pain des océans
o créateur d'ozone
aide nous

et vous !
pions d'acier nucléaires
crocs des amours acérés
qu'attendez-vous ?
vol de porcs qui déflorent
la virginité de nos corps

o sphères océaniques coincées entre deux droites schismatiques

je me souviens du flot d'idées qui viennent et reviennent
burin sur l'argile de l'ame
abeilles - danse du soleil

j'ai tout d'abord été graine enfoncée quelquepart au fond du décor
toile pourpre - tapis rouge - papier maché
carton - mutation
le tout rappelais une sombre caverne antique
théatre hertzien
l'étranger à l'oeil unique vint à la representation
une torche à la main
élan de folie - libération - structuration
il mit le feu au décor
à la mise en scène obscène
FEU ! FEU !
de la poussière sortie la graine
qui se mutant en aigle s'envola
pa delà l'utopie

je pu enfin y voir

Maitres je reviens enfin bruler le sang de vos yeux opaques
opaques.



Haut de la page


j'enfonce la tête au coeur du réseau cablé de mon cerveau
et émerge enfin à la lueur du jour


Les photons tombent
doucement sur les structures
du décor créant une symphonie
de formes
de couleurs

assis dans la plaine
trois formes discourent
un homme écoute

esclave de toi même tu t'enclaves dans l'havre de tes haines

moribond divin qui jaillit des eaux troubles de l'orgasme originel

Tel un migrateur, la peur guide tes moindres envies

signaux de solitude
chacun se cherche dans l'absence de soi

les hommes tombent en poussière au creux des jambes des femmes
ils y deversent la semence de leurs espoirs dans le vide

cathédrales qui s'élèvent au centre de la morne futilité de l'existence
oubli du silence

enfouis dans un cocon de certitudes
la lumière écorche les entrailles des rèves

etranger en notre monde
nous passions notre temps à rever

catapultés au coeur des images

prisonnier de vos rèves
enchainés à vos idées

genération communication qui marche à coté des préoccupations courantes
fait attention que l'extra ne devienne pas ordinaire



des illusions nous aidaient à survivre comme un vêtement
couvrant le corps nu dont nous avions honte

un regard dans un regard
une main dans une main
vie dans la vie
l'atome engendre l'atome
et le silence le silence

il est temps de danser
de tourner
ivre à jamais
de l'union de vos existences

petit rire
a,nodin desequilibre
grand sourire
mesquin

l'homme se mit à sourire
comme au sortir d'un rêve
heureux

il voulut répondre aux formes
mais déjà elles s'étaient diluées
en lui même

J'enfonce mon coeur au creu du reseau énergétique de l'ame et émerge enfin à la luimière du jour nouveau



Haut de la page



cheval anthropophage qui cours
sur la page d'un corps
ivre de désirs
un corps arc-bouter
entre plaie et caresses

galop de silence sur plage neuronale

ombre de paroles se desintégrant dans l'écume

mur de silence au hazard d'une trajectoire d'ennui

défi à la gravité d'un regard

fleur qui s'élève

lèvre butinant le pollen de l'amour

la source des vrais mathématiques est dans l'équation :

1 + 1 = 1



Haut de la page





Fuselage sombre de mes bras cherchant a enserrer l'oeuf

espace clos et quète de l'amour

demi circulaire d'idée


sinueuses


flèche neuronale



des flots de bitume déferlent entre le cortex et mes jambes
la racine de mes doigts griffe tes yeux
plaquée sur une aile de libellule
une herbe coule de mes reins
un sang de mes mots
le feu s'empare de ma peau
fragile


carré
pilori du rève


Je plonge au coeur de la vie
balayant l'espace
de corps à corps
mais vous
orgues asmathiques
respirant la fleur de l'age
froideurs d'épées
déchirant les entrailles
fuyez à jamais
loin de mon désir



mélodie des sphères moléculaires
ton rythme m'entraine vers les





Je m'enfonce dans une forêt mélée de sueurs et de peurs secrètes
pendule de mon pas qui découvre

la coupelle cosmique dans laquelle est conservée
la base

LE SANG DE MES NERFS



Haut de la page




Site crée par Antybul (Michel Catelin)
© CATELIN Michel - 2003