la bibliothèque numérique du poète

Entrée du site

Catalalogue de la bibliothèque

Page de téléchargement

Chaine de sites

Contacter le WebMaistre

Epistres
première partie
deuxième partie
troisième partie

L'Epistre de Barquin
Epistre en laquelle Margot se lieve sur le Maistre Argot, Pour tancer, comme une insensée, le gros Hector qui l'a laissée
Epistre presentée à la Royne de Navarre par Madame Ysabeau et deux autres damoyselles habillées en Amazones en une mommerie
Marot arrivé à Ferrare escript à Madame la Duchesse
Aultre Epistre de Marot qui mandoit aux Damoiselles
Epistre au Roy, du temps de son exil à Ferrare
Epistre du Coq en l'Asne, envoyée Lyon Jamet de Sansay en Poictou
Au Roy, nouvellement sorty de maladie
Epistre perdue au jeu contre Madame de Ponts
Epistre Madame de Soubize partant de Ferrare pour s'en venir en France
A Mademoiselle Renée de Parthenay partant de Ferrare pour aller en France
A Madame de Ferrare
Epistre envoyée de Venize à Madame la Duchesse de Ferrare par Clement Marot

Dieu tout puissant en repos te maintienne
De par dela, gentille âme chrestienne.
Si en mes vers ores je ramentoy
Le trop honteulx et dur trespas de toy,
Certainement ce n'est point t'offencer,
Ainçois plus tost pour ta joye avancer:
Car le record du passé qui tourmente
Du temps serain le grand plaisir augmente.
Puys, de jadis la vie tant honneste
Et amytié m'incite, et admoneste
De te mander ce que de toy fut dict
Apres que mort eust faict ce grand credit
De te gecter hors de ce corps charnel
Pour t'en aller en repos eternel.
Au paravant on m'a bien annoncé.
Comment jadis il te fut prononcé
Mourir par feu, dont depuis peu de temps
Tu feuz absoulz, ainsi comme j'entens.
Mais sur le champ, et sur cause nouvelle,
Nouvelle peine, helas! on te revelle,
Te condemnant en amende honnorable
Et à languir en prison pardurable.
Puis tellement ton cas on demena
Que ton appel à la mort te mena:
Et quand deseur tu fleschiz les genoulx,
Disant ainsi: Jhesus, sauveur de nous,
Tu as pour moy souffert la mort tresdure,
C'est bien raison que pour toy je l'endure.
Et la dessus prononças maint beau traict
Consolatif, de l'Evangille extraict,
Qui tant de foy et d'espoir lors te livre
Qu'allant mourir te sembloit aller vivre.
Lors le bourreau, la main sur toy bouté,
A de ton col la chesne d'or ostée,
Et en son lieu subit sa propre main
Mit le cordeau cruel et inhumain,
Non pas cruel, mais plustost gracieulx,
Car par luy es hors du val soucieulx
De ce vil monde. Adonc on te desplace
De la prison, et t'en vas en la place
Où ce dur peuple on voit souvent courir
Pour voir son frere estrangler, et mourir,
Et en est aise, et si ne scet pourquoy:
Et s'on atainct quelqu'un qui ayt de quoy,
Tous font tel chere à sa mort qui aproche,
Comme allans veoir ung jeu de la bazoche:
Dames y vont, hommes chambres leur louent,
Et là Dieu scet les beaulx jeulx qui s'y jouent:
Ce temps pendant que confesser on faict
Le pauvre corps, qu'on va rendre deffaict.
Croy, cher amy, qu'on ne feit pas telle feste
Quand tu nasquis, que quand ta mort fut preste.
Las! tu mourus comme herese en publicque,
Plain toutesfoys de la foy catholicque,
Sans soustenir contre la loy de Dieu
Ung seul propos. Qu'ainsi soit, sur le lieu,
Apres ta mort, Merlin, ton confesseur,
Crya tout hault: Peuple, je te fays seur
Que cent ans a, or ainsi le maintien,
Il ne mourut homme meilleur chrestien.
Et sans cella, mon frere en Jhesus Crist,
N'eusse voulu t'envoyer cest escript:
Car il n'affiert christiane presye
Louer aucun qui meurt en heresie.
Si rendz à Dieu louenges immortelles
De ta grand mort. On blasme les morts telles:
Mais je supply ceulx de ton parentaige
Ne le voulloir prendre au desadvantaige
De leur honneur, et penser en eulx mesmes
Que ceulx qui ont eternelz dyadesmes
Lassus au ciel ont bien passé le pas
D'infame, dur et publicque trespas:
Infame, dis je, quant au monde esgaré,
Onquel tel homme en son lict bien parù
Pourra mourir, et avoir couverture
En terre saincte, et riche sepulture,
En grand danger peult estre de descendre
Plus bas que ceulx par bourreaulx mys en cendre.

Entrée du Site / Haut de la page



Mercy Dieu, gentil pannetier,
A il fallu te nettier
Pour chose que je t'ay donnée
Je ne me suis habandonnée
A d'aultre qu'à toy pour le faire.
Laquelle chose de cest affaire
Je te promectz, par la croix Dieu,
Sans me venter en aucun lieu,
Que j'en ay esté bien requise
De gens de Court, et gens d'Eglise.
Mais quant ilz me venoient guetter,
Et à ma porte mugueter,
Je leur disoys en preude-femme:
Hay avant, vous fachez la dame.
Et s'ilz me tenoient longs caquetz,
Je repliquoys: Petitz muguetz,
Vous bravillonnez de cela:
C'est à l'autre huys, pissez plus là.
Et s'ilz tenoient rude façon,
Je respondoys: du son, du son,
Monsieur du brave, Moigne moigne,
Voire dea. Et quant à ma troigne
L'on venoit m'appeler ribaulde:
Je cryois par Monsieur sainct Claude,
Le bon sainct, dont j'ay faict les pas,
Vous mentez, je ne le suis pas:
Effacez cela ou l'ostez!
En mectant les mains aux costez,
Je disois en voix esclatante,
Il n'y en a q'un qui me hante.
A la chasse, et vous advancez.
Ce n'est pas ce que vous pensez.
J'aymeroys mieulx tumber en l'eau,
Ou sur la poincte d'ung cousteau,
Et perdre encores ung escu,
Que faire mon Amy coquu.
Ce corps, croix Dieu, ce corps, ce corps,
C'est pour luy, dedans et dehors.
Allez, allez, Tara tara,
Jamais homme n'y montera,
C'est celuy qui aux champs me meine,
Et qui me taille par sepmaine
Ce qu'il me fault. Il m'a vestu,
Et s'il m'a quelque foiz batu,
C'est tout un Dieu me gard de mal,
Et de morsure de cheval.
Or sus, meschant, voys tu pas bien
Comment ton honneur, et le mien,
J'ay bien gardée En fuz je chiche
J'en suis bien maintenant plus riche!
Mon honneur est bien accoustr´!
En effect, tu n'as pas montré,
Villain, que tu es Gentil-homme,
Car j'eusse couru jusqu'à Romme
Pour te cercher, comme dit l'autre.
Et toutesfoiz ton corps se veaultre
Maintenant pres d'une autre fille.
Ne suis pas aussi gentille
Suis trop large ne trop creuse
T'ay je donné bosse chancreuse,
Mal de vit, goutte, ne bouton
Villain, tu en seras mouton,
Et t'en feray porter la corne:
Car tout le jour, et sur la sorne,
La croix Dieu, je le feray tant,
Et tant et tant, et si trestant
A tout le monde et un chascun,
Que mes deux trous n'en seront q'un.
J'y ay desjà bien commencé.
Et quant j'ay bien partout pensé,
Je n'en puis mieulx estre vengée.
A Dieu meschant, tu m'as laissée.

Entrée du Site / Haut de la page





Penthazillée, Royne des Amazones, &eagrave; Marguerite, Royne de Navarre
J'ay entendu, tres illustre compaigne,
Que contre toy se sont mys en campaigne
Les haulx quantons du lac pharisien:
Par quoy soudain du camp Elisien
J'ay faict sortir troys de mes damoyselles,
Pour te monstrer le plus grand de mes zelles,
Qui est d'oyr nouvelles briefvement
De la defaicte et prompt definement
De ceste race inutille et contraire
A ce bon Christ, lequel me vint retraire
Hors des enfers, lorsqu'il y descendit,
Et à repos en ce lieu me rendict.
C'est luy pour vray, tant liberal et large,
Qui m'a donné expressement la charge
De depescher ces troys nymphes armées,
Que Dieu son pere a faictes et formées.
L'une est Fealle, l'autre c'est Charité,
L'autre Esperance. O noble Margueritte,
Veulx tu sçavoir que la moindre feroit
En ung besoing Tout ung camp deferoit.
Mais vraye amour de si pres les assemble
Que fault tousjours qu'elles voysent ensemble.
Or les reçoy, car en effaict ce sont
Celle qui tant de force et puissance ont
Que n'est maling qui ne fuie ou se rende.
J'eusse bien mys au camp toute ma bande:
Mais ces troys cy, croy moy, sont assez fortes
Pour des enfers rompre les doubles portes.
Regarde donc de ces petitz humains
Qu'elles feront, s'ilz tumbent en leurs mains:
Heureux seront, tant elles sont prisées.
Faict et escript aux beaulx champs Elisées.
Suscription
Lettres, prenez le chemin seur
Devers Marguerite, ma soeur.

Entrée du Site / Haut de la page




En traversant ton pays plantureux,
Fertile en biens, en Dame bienheureux,
Et bien semé de peuple obeissant,
Le tien Marot (fille de Roy puissant)
S'est enhardy, voire et a protesté
De saluer ta noble Majesté
Ains que passer tout oultre tes limites:
Estant certain que, si bien tu limites
Du salueur la vraye intention,
Tu n'y verras brin de presomption.
Car estimant que par ung bruit qui sonne
Tu sçais mon nom sans savoir ma personne:
Et que jadis fut serviteur mon pere
De ta mere Anne, en son regne prospere:
Croyant aussy, que tu sçais que d'enfance
Nourry je suis en la maison de France,
De qui tu es royale geniture:
Cela pensant, n'a crainct mon escripture
Que ta grandeur la vueille reffuser.
Mais quel besoin est il de m'excuseré
Les oyselletz des champs en leurs langaiges
Vont saluant les buissons et bocaiges
Par où ilz vont: quant le navire arrive
Aupres du havre, il salue la rive
Avec le son du canon racourcy.
Ma Muse doncq passant ceste Court cy,
Faict elle mal saluant toy, Princesse
Toy, à qui rit ce beau pays sans cesse,
Toy, qui de race aymes toute vertu,
Et qui en as le cueur tant bien vestu:
Toy, dessoubz qui florissent ces grans plaines,
De biens et gens si couvertes, et plaines.
Toy, qui leurs cueurs a sceu gagner tres bien,
Toy, qui de Dieu recongnois tout ce bien.
Salut à toy doncques tres humblement,
Humble salut, par ton humble Clement,
Par ton Marot, le Poete Gallique,
Qui s'en vient veoir le pays italique
Pour quelque temps: si entre cy et là
Te peult sevrir ma plume, si elle a
Sçavoir qui plaise à ta Majesté haulte,
Croy que plustost l'eau du Pau fera faulte
A contre val ses undes escouler,
Que ceste plume à s'estendre et voler
Là où le vent de tes commandemens
La poulsera: mesmes les Eslemens
Lairront plustost leur nature ordonnée:
Car l'Eternel me l'a (certes donnée)
Pour en louer premierement son nom:
Puis pour servir les Prince de renom
Et exalter les Princesses d'honneur
Qui, au plus hault de fortune, et bon heur,
S'humilier de cueur sont coustumieres,
Auquel beau rang tu marche des premieres.

Entrée du Site / Haut de la page




Trescheres soeurs, joinctes par charité,
Le nom des vrays amans de verité
Sonne tant mal aux oreilles de ceulx
Qui de l'oyr sont plus que paresseux,
Qu'en plusieurs lieux de ce fol monde icy
On ne les veult oyr ne veoir aussy.
Les ungs souvent par poyne on persecute,
D'aultres, helas, par mort on execute,
Les ungs souvent chassés de leur pays,
Les aultres sont abhorrés et hays
De leurs parents. Pour tout cella, mes dames,
Flechir ne fault: plustost doibt en vos âmes
Croistre la foy, voire à chascun qui l'a,
Considerant que Jesus pour cella
Nous accomplit ses parolles escriptes:
Car tous ces maulx et poynes que j'ay dictes
Promist aux siens par son nom precieulx:
Mais leur loyer certes est grant es cieulx,
Et pour apprendre aux aultres à souffrir,
Droit à la croix premier se vint offrir.
Au serviteur n'est [pas] besoing qu'il faille
Se repouser, quand le maistre travaille.
Il a premier verti descouverte,
Aussi premier la poyne il a soufferte:
Et tous ceulx là qui comme luy diront,
Poyne aujourd'uy comme luy souffriront.
Mais la chair seule endure ceste poyne,
Car l'âme franche est de foy toute pleine
Et de liesse en ce corps tant ravye
Par ferme espoir de la segonde vie,
Que les bruleurs, juges et deput´s,
Sont mille fois plus que eulx persecut´s
Par la collere ardante de laquelle
Mettent à mort l'innocente sequelle
Du grant Seigneur, qui ci bas tout avise
Et se rit d'eulx, et de leur entreprise.
Certes, mes soeurs, ce torment viollent,
Est de Jesus le triomphe excellent:
Vous pouvez bien escripre, dire ou chanter,
Vous pouvez bien hardyment vous vanter
Qu'avant mourir vous avez veu sur terre
Christ triompher, puys qu'on luy faict la guerre:
Guerre je dis, car à chascune fois
Que luy tout seul veult eslever sa voix,
Les hommes lors de nature menteurs,
Jaloux des loix dont ils sont inventeurs,
Luy courent sus, cuydant par façon telle
Faire mourir une chose immortelle.
En verité, filles de Dieu aymées,
De tant de croix que j'ay icy nommées,
Le seigneur Dieu m'en a plusieurs offertes
Que je n'ay pas comme devois souffertes:
Et de rechief me convyent recepvoir
Par son sainct nom le mal de ne vous veoir:
Car, par le bruyt que j'ay, mes soeurs benignes,
D'estre contraire aux humaines doctrines,
On a de moy oppynion mauvaise
En vostre court, qui m'est ung dur malaise:
Lequel a faict, comme pouvez penser,
Que d'aller là ne ose menacer:
Dont ô mon Dieu toute gloire je donne,
Puys que le mal vient de cause si bonne:
Le suppliant, pour ma lettre fynir,
Vouloir tousjours augmenter et tenir
La foy en vous, que j'estime deux roses
Entre buissons et espines encloses.

Entrée du Site / Haut de la page




Je pense bien, que ta magnificence,
Souverain Roy, croyra, que mon absence
Vient par sentir la coulpe, qui me poingt
D'aulcun meffaict: mais ce n'est pas le poinct.
Je ne me sens du nombre des coulpables:
Mais je sçay tant de juges corrompables
Dedans Paris, que par pecune prinse,
Ou par amys, ou par leur entreprinse,
Ou en faveur, et charité piteuse
De quelcque belle humble solliciteuse,
Ilz saulveront la vie orde, et immunde
Du plus meschant, et criminel du monde:
Et au rebours, par faulte de pecune,
Ou de support, ou par quelcque rancune,
Aux innocents ilz sont tant inhumains
Que content suis ne tomber en leurs mains.
Non pas, que touts je les mecte en ung compte:
Mais la grand' part la meilleure surmonte.
Et tel merite y estre authorisé,
Dont le conseil n'est ouy, ne prisé.
Suyvant propos, trop me sont ennemys
Pour leur Enfer, que par escript j'ay mys,
Où quelcque peu de leurs tours je descoeuvre:
Là me veult on grand mal pour petit oeuvre.
Mais je leur suis encor plus odieux,
Dont je l'osay lire devant les yeulx
Tant clair voyants de ta majesté haulte,
Qui a pouvoir de refformer leur faulte.
Brief, par effect, voyre par foys diverses
Ont declairé leurs vouluntés perverses
Encontre moy: mesmes ung jour ilz vindrent
A moy malade, et prisonnier me tindrent,
Faisant arrest sus ung homme arresté
Au lict de mort: et m'eussent pis traicté,
Si ce ne fust ta grand' bonté, qui à ce
Donna bon ordre avant, que t'en priasse,
Leur commandant de laisser choses telles:
Dont je te rends grâces tres immortelles.
Aultant comme eulx, sans cause, qui soit bonne,
Me veult de mal l'ignorante Sorbonne:
Bien ignorante elle est, d'estre ennemye
De la trilingue, et noble Academie
Qu'as erigée. Il est tout manifeste,
Que là dedans contre ton vueil celeste
Est deffendu, qu'on ne voyse allegant
Hebrieu, ny Grec, ny Latin elegant:
Disant, que c'est langaige d'Hereticques.
O paovres gens de sçavoir touts ethicques!
Bien faictes vray ce proverbe courant,
Science n'a hayneux, que l'ignorant.
Certes, ô Roy, si le profond des cueurs
On veult sonder de ces Sorboniqueurs,
Trouvé sera, que de toy ilz se deulent.
Comment douloir Mais que grand mal te veulent,
Dont tu as faict les Lettres, et les Arts
Plus reluysants, que du temps des Cesars:
Car leurs abus voyt on en façon telle.
C'est toy, qui as allumé la chandelle,
Par qui maint oeil voyt mainte verité,
Qui soubs espesse, et noyre obscurité,
A faict tant d'ans icy bas demeurance.
Et qu'est il rien plus obscur, qu'ignorance
Eulx, et leur court en absence, et en face,
Par plusieurs foys m'ont usé de menace:
Dont la plus doulce estoit en criminel.
M'executer. Que pleust à l'Eternel,
Pour le grand bien du peuple desolé,
Que leur desir de mon sang fust saoulé,
Et tant d'abus, dont ilz se sont munys,
Fussent à clair descouverts, et punys.
O quatre foys, et cinq foys bien heureuse
La mort, tant soit cruelle, et rigoreuse,
Qui feroit seulle ung million de vies
Soubs telz abus n'estre plus asservies!
Or à ce coup il est bien evident,
Que dessus moy ont une vieille dent,
Quand ne pouvant crime sur moy prouver,
Ont tres bien quis, et tres bien sceu trouver
Pour me fascher briefve expedition,
En te donnant maulvaise impression
De moy ton serf, pour apres à leur aise
Mieulx mectre à fin leur voulunté maulvaise:
Et pour ce faire ilz n'ont certes heu honte
Faire courir de moy vers toy maint compte,
Avecques bruyt plein de propos menteurs,
Desquelz ilz sont les premiers inventeurs.
De Lutheriste ilz m'ont donné le nom:
Qu'adroict ce soit, je leur responds, que non.
Luther pour moy des cieulx n'est descendu,
Luther en Croix n'a pas esté pendu
Pour mes pechés: et tout bien advisé,
Au nom de luy ne suis point baptizé:
Baptizé suis au nom, qui tant bien sonne,
Qu'au son de luy le Pere eternel donne
Ce, que l'on quiert: le seul nom soubs les cieulx
En, et par qui ce monde vicieulx
Peult estre sauf. Le nom tant fort puissant
Qu'il a rendu tout genoil fleschissant,
Soit infernal, soit celeste, ou humain:
Le nom, par qui du seigneur Dieu la main
M'a preservé de ces grands loups rabis,
Qui m'espioyent dessoubs peaulx de brebis.
O seigneur Dieu, permectez moy de croyre,
Que reservé m'avez vostre gloyre.
Serpents tortus, et monstres contrefaicts
Certes sont bien à vostre gloyre faicts:
Puis que n'avez voulu doncq' condescendre,
Que ma chair vile ayt esté mise en cendre,
Faictes au moins tant, que seray vivant,
Que vostre honneur soit ma plume escripvant:
Et si ce corps avez predestiné
A estre ung jour par flamme terminé,
Que ce ne soit au moins pour cause folle:
Aincoys pour vous, et pour vostre parolle:
Et vous supply, Pere, que le tourment
Ne luy soit pas donné si vehement,
Que l'âme vienne mectre en oubliance
Vous, en qui seul gist toute sa fiance:
Si que je puisse avant, que d'assoupir,
Vous invocquer, jusqu'au dernier souspir.
Que dys je? Où suis je? O noble Roy Françoys,
Pardonne moy, car ailleurs je pensoys.
Pour revenir doncques mon propos,
Radamanthus avecques ses supposts
Dedans Paris, combien que fusse Bloys,
Encontre moy faict ses premiers exploicts,
En saysissant de ses mains violentes
Toutes mes grands richesses excellentes,
Et beaulx thresors d'avarice delivres:
C'est assçavoir mes papiers, et mes livres,
Et mes labeurs. Et Juge sacrilege,
Qui t'a donné ne loy, ne privilege
D'aller toucher, et faire tes massacres
Au cabinet des sainctes Muses sacres?
Bien est il vray, que livres de deffense
On y trouva: mais cela n'est offense
A ung Poéte, qui on doibt lascher
La bride longue, et rien ne luy cacher,
Soit d'art magicq, nygromance, ou caballe.
Et n'est doctrine escripte, ne verballe,
Qu'ung vray Poéte au chef ne deust avoir,
Pour faire bien d'escrire son debvoir.
Sçavoir le mal est souvent proffitable,
Mais en user est tousjours evitable:
Et d'aultre part, que me nuist de tout lire?
Le grand donneur m' donné sens d'eslire
En ces livrets tout cela, qui accorde
Aux sainctz escripts de grâce, et de concorde:
Et de jecter tout cela, qui differe
Du sacré sens, quand pres on le confere.
Car l'escripture est la touche, o l'on treuve
Le plus hault Or. Et qui veult faire espreuve
D'or, quel qu'il soit, il le convient toucher
A ceste pierre, et bien pres l'approcher
De l'Or exquis, qui tant se faict paroistre,
Que bas, ou hault tout aultre faict congnoistre.
Le juge doncq' affecté se monstra
En mon endroict, quand des premiers oultra
Moy, qui estoys absent, et loing des villes:
O certains folz feirent choses trop viles,
Et de scandalle, helas au grand ennuy,
Au detriment, et la mort d'aultruy.
Ce que sachant, pour me justifier,
En ta bonté je m'osay tant fier,
Que hors de Bloys partys pour toy, Sire,
Me presenter. Mais quelcun me vint dire,
Si tu y vas, amy, tu n'es pas sage:
Car tu pourroys avoir maulvais visage
De ton Seigneur. Lors comme le Nocher,
Qui pour fuyr le peril d'ung rocher
En pleine mer se destourne tout court:
Ainsi pour vray m'escartay de la court:
Craignant trouver le peril de durté,
O je n'euz oncq, fors doulceur, et seurté.
Puis je sçavoys, sans que de faict l'apprinsse,
Qu' ung subject l'oeil obscur de son Prince
Est bien la chose en la terre habitable
La plus craindre, et la moins souhaitable.
Si m'en allay evitant ce dangier
Non en pays, non Prince estrangier,
Non point usant de fugitif destour,
Mais pour servir l'aultre Roy mon tour,
Mon second Maistre, et ta soeur son espouse,
A qui je fuz des ans a quatre, et douze,
De ta main noble heureusement donné.
Puis tost apres, Royal chef couronné,
Sachant plusieurs de vie trop meilleure,
Que je ne suys, estre bruslés l'heure
Si durement, que mainte nation
En est tombée en admiration,
J'abandonnay sans avoir commys crime
L'ingrate France, ingrate ingratissime
A son Poéte: et en le delaissant,
Fort grand regret ne vint mon cueur blessant.
Tu ments Marot, grand regret tu sentys,
Quand tu pensas tes Enfants petits.
En fin passay les grands froides montaignes,
Et vins entrer aux Lombardes campaignes:
Puis en l'Itale, où Dieu qui me guydoit,
Dressa mes pas au lieu, où residoit
De ton clair sang une Princesse humaine,
Ta belle soeur, et cousine germaine,
Fille du Roy tant craint, et renommé,
Pere du peuple aux Chroniques nommé.
En sa Duché de Ferrare venu,
M'a retiré de grâce, et retenu,
Pource que bien luy plaist mon escripture,
Et pour aultant que suys ta nourriture.
Parquoy, ô Sire, estant avecques elle,
Conclure puis d'ung franc cueur, et vray zelle,
Qu'à moy ton serf ne peult estre donné
Reproche aulcun, que t'aye abandonné,
En protestant, si je perds ton service,
Qu'il vient plus tost de malheur, que de vice.

Entrée du Site / Haut de la page




Puis que respondre ne me veulx,
Je ne te prendray aux cheveulx,
Lyon: mais sans plus te semondre,
Moy mesmes je me veulx respondre
Et seray le prebstre Martin.
Ce Grec, cest Hebreu, ce Latin,
Ont descouvert le pot aux roses.
Mon Dieu, que nous voyrrons de choses,
Si nous vivons l'eage d'ung veau.
Et puis, que dict on de nouveau?
Quand par[t] le Roy? aurons nous guerre?
O la belle piece de terre!
Il la fault joindre avec la mienne.
Mais pourtant la Bohemienne
Porte tousjours ung chapperon.
Ne donnez jamais l'esperon
A cheval, qui vouluntiers trotte.
Dont vient cela, que je me frotte
Aux coursiers, et suis tousjours rat?
Ilz escument, comme ung Verrat
En pleine chaiere, ces Cagots,
Et ne preschent, que des fagots
Contre ces paovres Hereticques.
Non pas, que j'oste les practiques
Des vieilles, qui ont si bon cueur.
Car comme dict le grand mocqueur,
Elles tiennent bien leur partie.
C'est une dure departie
D'une teste, et d'ung eschafault:
Et grand pitié, quand beaulté fault
A cul de bonne voulunté.
Puis vous sçavez, Pater sancté,
Que vostre grand pouvoir s'efface.
Mais que voulez vous, que j'y face?
Mes financiers sont touts perys:
Et n'est bourreau, que de Paris,
Ny long proces, que dudict lieu.
Si ne feis je jamais l'Adieu,
Qui parle de la Pauthonniere.
Vray est, qu'elle fut buyssonniere,
L'escolle de ceulx de Pavie.
Fy de l'honneur, vive la vie,
Vive l'amour, vivent les Dames.
Toutesfoys, Lyon, si les âmes
Ne s'en vont plus en Purgatoyre,
On ne me sçauroit faire à croyre,
Que le Pape y gaigne beaulcoup.
A la Campaigne, acoup acoup,
Hau Cappitaine pinse maille:
Le Roy n'entend point, que merdaille
Tienne le renc des vieilz routiers.
Et puis dictes, que les moustiers
Ne servent point aux Amoureux.
Bonne macquerelle pour eulx
Est umbre de devotion.
C'est une bonne caution,
Que Monsieur de la Moriniere.
En ce temps là vint la maniere
De se paindre avecques des farts.
Sire, ce disent ces Capharts,
Si vous ne bruslez ces mastins,
Vous serez ung de ces matins
Sans tribut, taille, ne truage.
Qui Diable feit le coquage
Des Parisiens l'aultre Esté?
Pour le moins, si j'y eusse esté,
On eust dict, que [c']eust esté moy.
Touche là: je suis en esmoy
Des froids amys, que j'ay en France:
Mais je trouve, que c'est oultrance,
Que l'ung a trop, et l'aultre rien.
Est il vray, que ce vieil marrien
Marche encores dessus espines,
Et que les jeunes tant pouppines
Vendent leur chair cher, comme cresme
S'il est vray, adieu le Caresme,
Au Concile, qui se fera:
Mais Romme tandis bouffera
Des chevreaulx à la chardonnette.
Attachez moy une sonnette
Sur le front d'ung Moyne crotté,
Une oreille á chasque costé
Du capuchon de sa caboche,
Voylà ung sot de la Bazoche
Aussi bien painct, qu'il est possible:
De sorte, qu'on feroit ung crible
De touts les trous, qui s'abandonnent
A ceulx, qui les richesses donnent.
J'ay flux, contreflux, carte amont.
Dieu pardoint au paovre Vermont,
Il chantoit bien la basse contre:
Et les marys la malencontre,
Quand les femmes font le dessus.
Assçavoir mon, si les bossus
Seront touts droicts en l'aultre monde?
Je le dy, pource qu'on se fonde
Trop sus Venus, et sus les vins.
Parquoy je ne veulx qu'aux Devins
Personne sa fiance mecte.
Or : le Livre de flammette,
Formosum pastor, Scelestine,
Tout cela est bonne doctrine,
Il n'y a rien de deffendu.
Icy gira, s'il n'est pendu,
Ou si en la mer il ne tombe,
Monsieur, qui a dressé sa tombe
Avant, que d'estre trespassé.
Fault il pour ung verre cassé
Perdre pour vingt ans de service?
Non, Monsieur, non: ce n'est pas vice,
Que simple fornication.
J'en feray la probation
Par une cotte vyolette,
Que donna la teste follette,
Aultrement le Dieu des proces.
Au moyen de quoy trop d'exces
Sont engendrés de trop de festes.
En effect, [c']estoyent de grands bestes,
Que les Regents du temps jadis:
Jamais je n'entre en Paradis,
S'ilz ne m'ont perdu ma jeunesse.
Mais comment se porte l'Asnesse
Que tu sçays, de Jerusalem?
S'elle veult mordre, garde l'en:
Elle parle, comme de cyre.
Vous dictes vray de cela, Syre:
Une estrille, une Faulx, ung Veau,
C'est à dire estrille fauveau,
En bon rebus de Picardie.
Lyon, veulx tu, que je te dye?
Je me trouve dispost des levres:
Et d'aultres bestes, que les Chevres,
Portent barbe grise au menton.
Je ne dy pas, que Melancthon
Ne declaire au Roy son advis:
Mais de disputer vis à vis,
Noz maistres n'y veulent entendre.
Combien que la jeunesse tendre
Soit par tout assez mal apprinse.
Tu ne sçays pas: Thunis est prinse:
Triboulet a freres et soeurs:
Les Angloys s'en vont bons danseurs:
Les Allemants tiennent mesure.
On ne preste plus à usure:
Mais tant, qu'on veult, à interest.
A propos de Perceforest,
Lyt on plus Artus, et Gauvain?
Il a prins l'Evangile en vain
Le punays, et s'en est faict riche:
Et puis s'efforce mectre en friche
La vigne, et ses petits bourgeons.
Tout beau: je vous pry, ne bougeons.
Vous dictes, que ce fut Jeudy:
Non fais non. Voicy, que je dy.
Je dy, qu'il n'est point question
De dire, J'allion, J'estion,
Ny se renda, ny je frappy
Tesmoing le Conte de Carpy,
Qui se feit Moyne apres sa mort.
Laisse moy là, qui rit, et mord:
Et demande au petit Roger,
Si ceulx, que l'on feit desloger
Hors des Villes, cryoient campos.
Vrayement puis qu'il vient à propos,
Je vous en veulx faire le compte.
Elle n'osent dire Viconte,
Vigueur, vicourt, ny villevé
Leur petit bec seroit grevé,
En danger d'estre trop fendues.
On dict, que les Nonains rendues
Donnent gentilment la verolle.
D'estre brullé pour la parolle,
Je te pry ne soys point couart:
Mais pour la foy de Billouart,
Laisse mourir ces Sorbonistes.
Raison: la glose des Legistes
Lourdement gaste ce beau texte.
Pour ceste cause je proteste,
Que l'Antechrist succombera:
Au moins, que de brief tombera
Sur Babylonne quelcque orage.
Marguerite de franc courage
N'a plus ses beaulx yeulx esblouys.
Dieu gard la fille au Roy Loys,
Qui me reçoit, quand on me chasse.
Voulez preferer la chasse
Au vol du Milan suspendu?
Si Dieu ne l'avoit deffendu,
Et je fusse en mon advertin,
Je donroys quinze à l'Aretin,
Et si gaigneroys la partie.
La Court en sera advertie
D'ung tas de gros Asnes, ou yvres,
Qui font imprimer leurs sots Livres,
Pour acquerir bruyt d'estre Veaulx.
A Fleury sont les bons naveaulx,
Les richesses en ces Prelats.
Et puis c'est tout: je suis tant las,
Que quatorze archiers de la garde
Me battroyent à la halebarde.
Quant au Palays, tousjours il grippe:
Adieu vous dy, comme une trippe.

Entrée du Site / Haut de la page




Par Jesuchrist, je rendz Dieu, son pere,
Grâces, ô Roy, de ta santé prospere.
Prospere dy, non pour toy seullement,
Mais pour tous ceulx qui generallement
Sont soubz ta main. O comme malmenée
Fut de ton mal la Princesse Renée!
O la grant joye aussy qu'elle receut
Quand ta santé par Marc Anthoine sceut!
N'y eut celluy des siens qui des l'heure
Ne monstra bien sa joye interieure.
Mesmes l'enfant qu'encor au ventre elle a
De grand plaisir l dedans sautella,
Sentant desj que tu es de sa mere
Le fort appuy contre fortune amere.
Et de ma part, j'en ay de grant lyesse
Faict cest escript, qui prendra hardiesse
Te supplier par humble remonstrance:
Si j'ay perdu l'oser aller en France,
Si j'ay perdu le moyen favorable
De plus entrer en ta chambre honnorable,
Si j'ay perdu ( grant tort toutesfoys)
L'heur de parler avec toy quelque foys,
Si je n'oy plus ta divine eloquence
Tenir propos de haulte consequence,
Dont je tiroys tousjours quelque sçavoir,
Si j'ay perdu jusques plus ne veoir
Soir et matin de mon Prince la face,
Que je ne perde au moins ta bonne grâce.
Mes ennemys (Roy d'honneur couronné)
Disent partout que m'as habandonné.
Ilz vont disant que nul jour de ma vye
Ne te prendra de bien me faire envie,
Et desirans que povreté m'accable,
Parlent de toy comme d'un implacable.
Le Roy l'a bien (ce disent ilz) aymé,
Mais c'en est fait, pour luy tout est rymé.
O Sire donq, renverse leurs langaiges:
Vueilles permettre (en despit d'eulx) mes gaiges
Passer les montz, et jusqu'icy venir,
Pour l'estude ung temps m'entretenir
Soubz Celius, de qui tant on aprent.
Et si desir apres cela te prent
De m'appeler en la terre gallique,
Tu trouveras ceste langue italique
Passablement dessus la mienne entée,
Et la latine en moy plus augmentée,
Si que l'exil, qu'ilz pensent si nuysant,
M'aura rendu plus apte, et plus duysant
A te servir myeulx ta fantasie,
Non seullement en l'art de poesie,
Ains en affaire, en temps de paix ou guerre,
Soit pres de toy, soit en estrange terre.
Je ne suis pas si laid comme ilz me font:
Myré me suis au cler ruysseau profont
De Verité, et ce qu'il me semble,
A Turc ne Juif en rien je ne ressemble.
Je suis Chrestien, pour tel me veulx offrir,
Voire plus prest peine et mort souffrir
Pour mon vray Dieu et pour mon Roy, j'en jure,
Qu'eulx une simple et bien petite injure:
Ce que croiras, Sire, je t'en supplye,
T'advertissant, ains que ma lettre plye,
Combien qu'encor je te tien pour mon maistre,
Qu'il est en toy de jamais rien ne m'estre,
Mais il n'est pas certes, en ma puissance,
De n'estre tien en toute obeissance.

Entrée du Site / Haut de la page




Dame de Ponts, Nymphe de Parthenay,
Pardonne moy si ceste Carte n'ay
Paincte de fleurs, ô Mynerve duisantes
Et pour ton sens contenter suffisantes:
Ma Muse est bien pour satisfaire habile
Aucuns espritz: mais trop se sent debile
Pour toy, qui as lettres, et bon sçavoir,
Autant ou plus que Femme puisse avoir:
Avecques oeil pour veoir subit les faultes,
Et discerner choses basses des haultes.
Bien est il vray que ton cueur sçait user
D'une bonté de faultes excuser,
Et de donner aux oeuvres bien dictées
(En temps et lieu) louenges meritées.
Mais je sens bien que l'heure est advenue
Qu'en cest escript de promesse tenue
Plus de besoing de ton excuse auray,
Que de bon loz meriter ne sçauray.
Et me suis veu (il n'en fault point mentir)
D'avoir promis prest me repentir:
Car des qu'en main la plume je vins mettre,
A peine sceu forger le premier metre.
Et commançay dire et penser:
Presumptueulx, que veulx tu commancer?
Fault il qu' honte acquerir tu t'amuses,
D'escrire ainsy l'une des neuf Muses?
Ce neantmoins pour promesse tenir
Ne me suis sceu d'escrire contenir.
Mais t'escrivant, ô noble Esprit bien né,
Trouvé me suis tout ainsi estonné
Qu'ung villageois, simple et pusillanime,
Qui parle en craincte ung Roy magnanime.
D'autre costé, pour mon epistre orner,
Je ne sçavoys quel propos enfourner.
De te parler de science latine,
D'en deviser pres de toy ne suis digne.
Te deviser des amoureux soulas,
C'est temps perdu, tu aymes trop Pallas.
Chanter la guerre, et des armes la mode,
A ton mary la chose est plus commode.
De tes vertus bien blasonner et paindre,
Tayre vault mieulx que n'y povoir attaindre.
Parquoy droit, devant toy je m'accuse
Que cecy n'est Epistre, mais excuse,
Cecy (pour vray) n'a merité le tiltre
D'Envoy, de Lay, d'Elegie, n'Epistre.
Mais s'il te plaist, nonobstant sa basseur,
Le recevoir en gré, soubz la doulceur
Qui est en toy par naïve coustume,
J'estimeray avoir faict ung volume.
Reçoy le donc en gré, je te supplye.
Et l'ayant leu, ne le perds, mais le plye
Pour le garder: au moins quant ce viendra.
Que seray mort, de moy te souviendra.
Et si d'icy grant temps et long eage
Du tien Clement se tient aucun langaige
L o seras, par maniere de rire
Aux assistans pourra compter, et dire
(Qui ne sera pour moy un petit heur)
Comment jadis fuz bien ton serviteur:
Et pour tesmoing de ce que leur diras,
Ce mien escript, sur l'heure produiras,
En leur disant: Quant Marot m'escrivoit
Ces vers icy, Ferrare il vivoit,
L o j'estoys. Et lors grant oultrance
Le paovre gars estoit banny de France,
Pour le pourchas d'aucuns ayant envye
Dequoy Vertu perpetuoit sa vye.
Dont il trouvoit sa perte et son soucy
Moins ennuyeux. Leur compteras aussy
Comment durant ceste myenne destresse
Tous deux servions une mesme maistresse,
Fille de France, et duchesse Renée,
Au gré de qui semble que tu soys née.
Mille autres cas, mille autres bons propos,
Quant seras vieille, et chez toy en repos,
Dire pourras de moy l'advenir,
S'il t'en souvient. Et pour t'en souvenir,
De bon cueur laisse la tienne excellence
Ceste escripture, o j'impose silence.

Entrée du Site / Haut de la page




Le clair soleil sur les champs puisse luyre,
Dame prudente, et te vueille conduire
Jusques au pied de ta noble maison.
Il est certain que plustost oraison
Pour ta demeure à Dieu je vouldroys faire:
Mais puis que luy, et le temps, et l'affaire,
Veulent tous troys que ta bonté desplace,
Monts et torrents te puissent faire place.
Dieu tout au long de ton allée entiere
Soit en ta voye, et dedans ta lictiere:
Voire en ton cueur, à celle fin, Madame,
Que tout d'un train te garde corps et âme.
Or t'en va quand, et où il te plaira:
Plus iras loing, plus nous en desplaira.
Et quant é moy, tu peulx estre asseurée,
Tant que j'auray en ce monde durée,
Que seray tien: non point seulement pource
Que long temps a tu fus premiere source
Du bon recueil à mon pere vivant,
Quant à la court du Roy fut arrivant,
Où tu estoys adoncq la mieulx aymée
D'Anne, par tout Royne tant renommée.
Ne seullement pour autant que tu feiz
Mesmes recueil dernierement au filz
En ce pays: tellement que ta grâce
Semble estre encline à ma petite race.
Mais pour autant que d'instinct de nature
Toy et les tiens aymez litterature,
Sçavoir exquis, vertus qui le ciel percent,
Artz liberaulx, et ceulx qui s'y exercent,
Cela (pour vray) fait que tresgrandement
Je te revere en mon entendement.
Or adieu doncq, noble dame qui uses
D'honnesteté tousjours envers les Muses.
Adieu par qui les Muses desolées
Souventesfoys ont esté consolées.
Adieu qui veoyr ne les peult en souffrance.
Adieu la main qui de Flandres en France
Tyra jadis Jan le Maire Belgeoys,
Qui l'âme avoit d'Homere le Gregeoys.
Retirez vous, neige et temps pluvieux,
De l'ennuyer ne soyez envieux.
Vien le temps doulx, retire toy la Bize,
Ne fasche point Madame de Soubize:
Assez elle a de fascheuse destresse,
D'abandonner sa dame, et sa maistresse.
Assez elle a d'ennuy â son depart.
Assez aussy elle nous en depart.
Mais puis qu'il plaist à Dieu qu'il soit ainsy,
Fault prendre en gré. Sept ans a qu'es icy,
Dame tresnoble, et trente, ou à peu pres,
Que servie as et mere et fille apres.
C'est bien raison que maintenant disposes
De ta maison, et que tu y reposes
Avecques Dieu le surplus de ton eage:
Ce te sera quasi nouveau mesnage,
Apres tant d'ans: donc t'y transporteras,
Et avec toy honneur emporteras.
Avecques toy emporteras honneur,
De tes travaulx principal guerdonneur.
Et nous en brief sçaurons en ton absence
Dequoy servoit par del ta presence.

Entrée du Site / Haut de la page




Oú allez vous, noble nymphe Renée?
Nous avez vous tant de joye amenée,
Venant icy, pour d'un fascheux retour
Nous contrister? Cela n'est pas le tour
Qu'a merité nostre amour ferme et ronde,
Et fors que vous en croyons tout le monde.
Oú allez vous, cueur en bonté parfaict?
Oú allez vous, que vous avons nous faict?
Voulez vous bien laisser ceste Princesse
Et ses ennuys, qui n'ont ne fin ne cesse?
Elle qui jeune enfant de grand renom
Publicquement vous donna son beau nom,
Lors qu'avec Dieu vous feistes alliance,
Luy prometant n'avoir qu'en luy fiance.
Las vostre cueur comment penser osa
D'abandonner celle qui tant vous a
Porté d'amour et traitée en doulceur,
Non en fillolle, ains comme fille ou seur,
Voulant tousjours tel' personne loyalle
Pres de la sienne excellente et royalle.
Ha, Parthenay, ne partez pas encores:
Tardez un peu: je vous adverty qu'ores
Les Alpes sont plus plaines de froidures
Qu'à l'aultre foys, et à passer plus dures.
Parmy ces monts sont les bestes cruelles,
Et les souldardz plus cruelz cent fois qu'elles.
Là le verglas, là les neiges habondent,
Et tellement les torrentz s'y desbondent,
Qu'il n'y a cueur, à les veoir devaller,
Qui ne s'effraye. Où voulez vous aller?
Nostre advis est que ne devez partir,
Ains vostre mere expres en divertir:
Ou la laisser traverser montz et vaulx,
Car mieulx que vous sçait porter les travaulx.
Si la suyvez, chacun en se truffant
Dira de vous: Mais voyez cest enfant
Qui veult courir encor apres sa mere.
D'autres diront: La grant angoisse amere
D'ardant desir qu'elle a qu'on la marie
Luy fait vouloir qu'en France on la charie.
Ainsy diront les gens, si deslogez.
Mais au rebours, si d'icy ne bougez,
Chacun dira: C'est bien la moins fascheuse,
La moins ingrate et la plus vertueuse
Qu'on vit jamais. Ha, noble Damoiselle,
Onques vivant, tant fust de mauvais zele,
Sur vous ne sceut ung seul blasme penser.
Voudriez vous bien y faire commancer?
Comment cecy? Vous faictes voz apprestz,
On trousse tout, vos coffres sont jà prestz?
C'est fait, c'est fait, noz persuasions
En vostre endroit ne sont qu'illusions.
Noz pleurs sont vains, de ce Marot la Muse
N'a plus de force, et pour neant s'amuse
A vous prier, joinctes mains, à genoulx.
Parquoy adieu vous disons, maulgré nous
Adieu beaulté qui tous les jours s'habille
Du mieulx seant acoustrement de fille,
C'est assavoir de doulce grâce, et bonne:
Adieu qui mieulx s'en coiffe que personne.
Adieu esprit d'intelligence vive,
Adieu le cueur plein de bonté naifve,
Qui au ruisseau des sciences se baigne:
Adieu le cueur, qui tous les autres gaigne.
Fille partez, femme vous trouverons
Quant d'avanture en France arriverons.
Mais du mary l'amour pourtant ne face
Que celle là que nous portons s'efface.

Entrée du Site / Haut de la page




Il y aura (royalle geniture)
Tantost ung an, que par humble escripture
Te saluay, arrivant en ce lieu,
Mais maintenant me fault te dire adieu.
Non que je soys lassé de ton service,
Non que de toy faveur et benefice
N'ay receu plus que n'ay merité:
Trop aise suis: mais à la verité
L'esprit de Dieu me conseille et enhorte
Que hors d'icy plustost que tard je sorte.
Ne voys tu pas comment Dieu eternel
Par ung courroux de zelle paternel
M'en veult chasser? Penses tu que l'oultraige
Que Ferraroys mal nobles de couraige
M'ont fait de nuyct, armez couardement,
Ne soit à moy ung admonestement
Du seigneur Dieu pour desloger d'icy?
Certes, encor quand ne seroit ainsy,
Mon cueur qui ayme estre franc et delivre
Ne pourroit plus parmy telles gens vivre.
Si n'ay je nerf qui à se venger tende,
Mais je veulx bien que la Ferrare entende
Que ses manans à leur grand vitupere
Se sont ruez dessus l'enfant d'un pere
Qui des meschans fait vengeance condigne
Jusqu'à la tierce et la quarte origine.
Donques à luy j'en laisse le venger,
Et seullement loing d'eulx me veulx renger.
Parquoy, Princesse, ouvre moy de ta grâce
De mon congé le chemin et la trace,
Affin que voyse en ville ou en pays
Où les Françoys ne sont ainsy hays,
Et où meschantz, si aucuns y en a,
Sont chastiez. Mais quel vent te mena,
Princesse illustre, icy user ta vie!
A ce que voy, France avoit grant envye
Que son beau lys, de taches exempté,
Fust au milieu des espines planté.
Ce que pourtant as en gré sans te plaindre.
Mais vraye amour vient ma Muse contraindre
D'ainsy parler. Je dy amour venant
D'un cueur françoys, lequel se souvenant
Que tu me feiz en ton parc demourer
Lors que les loups me vouloient devorer,
A proposé en pseaulmes et cantiques
Rememorer les nouveaux et antiques
Dons du Seigneur, ses grâces et bienfaictz,
Et mesmement ceulx que par toy m'a faictz,
Desquels en moy le souvenir sans cesse
Gravé sera. Ne pense pas, Princesse,
Ne pense pas que jamais je t'oublye.
Il est bien vray que c'est chose establye
De metre à fin le desir qui me poingt:
Mais pour cela je ne te laisse point.
Quant habiter au bout du monde iray,
Du bout du monde encor te serviray.
Ne les haultz montz eslevez à oultrance,
Que l'on a mys entre toy et la France,
Ne terre plaine en largeur estendue,
Ne la grant mer, tant loing soit espandue,
Ne me pourront de toy si esgarer,
Que mon service en puissent separer.

Entrée du Site / Haut de la page




Après avoir par mainctz jours visité
Ceste fameuse et antique cité,
Où tant d'honneur en pompe sumptueuse
T'a esté faict, Princesse vertueuse,
J'y ay trouvé que sa fondation
Est chose estrange et d'admiration.
Quant au surplus, ce qui en est surmonte
Ce que loing d'elle au mieulx on en racompte:
Et n'est possible à citadin mieulx faire
Pour à ce corps et à l'oeil satisfaire.
Que pleust à Dieu, ma tresillustre Dame,
Qu'autant soigneux ilz fussent de leur âme.
Certes leurs faictz quasi font assavoir
Qu'une âme au corps ilz ne cuydent avoir:
Ou s'ilz en ont, leur fantasie est telle,
Qu'elle est ainsy comme le corps mortelle.
Dont il s'ensuyt qu'ilz n'eslevent leurs yeulx
Plus hault ne loing que ces terrestres lieux,
Et que jamais espoir ne les convye
Au grand festin de l'eternelle vie.
Advient aussy que de l'amour du proche
Jamais leur cueur partial ne s'aproche:
Et si quelqu'un de l'offenser se garde,
Crainte de peine et force l'en retarde.
Mais où pourra trouver siege ne lieu
L'amour du proche où l'on n'ayme point Dieu?
Et comment peult prendre racine et croistre
L'amour de Dieu, sans premier le congnoistre?
J'ay des enfance entendu affermer
Qu'il est besoing congnoistre avant qu'aymer.
Les signes clers, qui dehors apparoissent
Pour tesmoigner que Dieu point ne congnoissent:
C'est qu'en esprit n'adorent nullement
Luy, qui est seul esprit totallement,
Ains par haulx chantz, par pompes et par mynes,
Qui est (mon Dieu) ce que tu abhomines.
Et sont encor les pouvres citoyens
Pleins de l'erreur de leurs peres payens.
Temples marbrins y font et y adorent
Images peinctz, qu'à grandz despens ilz dorent:
Et à leurs pieds, helas, sont gemissans
Les pouvres nudz, palles et languissans.
Ce sont, ce sont telles ymaiges vives
Qui de ces grans despenses excessives
Estre debv[r]oient aournées et parées,
Et de nos yeulx les autres separées.
Car l'Eternel les vives recommande.
Et de fuir les mortes nous commande.
Ne convient il en reprendre qu'iceulxé
Helas, Madame, ilz ne sont pas tous seulz:
De ceste erreur tant creue et foisonnée
La Chrestienté est toute empoisonnée.
Non toute, non: Le Seigneur regardant
D'oeil de pitié ce monde caphardant,
S'est faict congnoistre à une grand partie,
Qui à luy seul est ores convertie.
O Seigneur Dieu, faictz que le demourant
Ne voyse pas les pierres adorant!
C'est ung abus d'ydollastres sorty,
Entre Chrestiens plusieurs foys amorty,
Et remys sus tousjours par l'avarice
De la paillarde et grande meretrice,
Avec qui ont faict fornication
Les roys de terre, et dont la potion
Du vin public de son calice immonde
A si longtemps enyvré tout le monde.
Au residu, affin que ceste carte
De son propos commancé ne s'escarte,
Savoir te faiz, Princesse, que dejà
Onques rommain empereur ne dressa
Ordre publicq, s'il est bien regardà,
Plus grand, plus rond, plus beau, ne myeulx gardé.
Ce sont, pour vray, grands et saiges mondains,
Meurs en conseil, d'executer soudains:
Et ne voy rien en toutes leurs pollices
De superflu, que pompes et delices.
Tant en sont plains, que d'eulx peu d'oeuvres sortent
Sentans celuy duquel le nom ilz portent.
D'avoir le nom de Chrestien ont prins cure,
Puis sont vivans à la loy d'Epicure,
Faisans yeulx, nez et oreilles jouyr
De ce qu'on peult veoir, sentir et ouyr,
Au gré des sens, et traictent ce corps comme
Si là gisoit le dernier bien de l'homme.
Mesmes parmy tant de plaisirs menus,
Trop plus qu'ailleurs y triumphe Venus.
Venus y est certes plu reverée
Qu'au temps des Grecs, en l'isle Cytherée:
Car mesme reng de reputation,
De liberté et d'estimation,
Y tient la femme esventée et publique,
Comme la chaste, honnorable et pudique.
Et sont enclins (ce disent) à aymer
Venus, d'autant qu'elle est née de mer,
Et que sur mer ilz ont naissance prise,
Disant aussy qu'ilz ont basty Venise
En mer, qui est de Venus l'heritage,
Et que pourtant ilz luy doivent hommage.
Voulé comment ce qui est deffendu
Est par del permis et espandu.
Si t'escriroys, Princesse, bien encores
Des Juifz, des Turcs, des Arabes et Mores,
Qu'on voit icy par trouppes chascun jour:
Quel en est l'air, quel en est le sejour:
De leurs palays et maisons autenticques,
De leurs chevaulx de bronze tres anticques,
De l'arcenal, chose digne de poix,
De leurs canaulx, de leurs mulles de boys,
Des murs salez dont leur cité est close,
De leur grant place, et de maincte autre chose.
Mais j'auroys peur de t'ennuyer, et puis
Tu l'as mieulx veu que escripre ne le puis.
Je t'escriroys aussy plus amplement
Du sage duc, et generalement
Des beaulx vieillardz: mais ma Dame et maistresse,
Tu les congnois, si font ilz ta haultesse.
Ilz savent bien que tu es, sans mentir,
Fille d'ung roy qui leur a faict sentir
Le grand pouvoir de son fort bras vainqueur,
Et la noblesse et bonté de son cueur.
Parquoy clorray ma lettre mal aornée,
Te suppliant, Princesse deux foys née,
Te souvenir, tandis qu'icy me tien,
De cestuy là que retiras pour tien
Quand il fuyoit la fureur serpentine
Des ennemys de la belle Christine.

Entrée du Site / Haut de la page


WebMaistre : Catelin Michel

lyres@chez.com

Ce site est dedié a la poésie, il n'a aucun but commercial. Il s'agit seulement de faire aimer la poésie.